Antoinette Fouque - Site Presse

Antoinette Fouque - Site Presse

Elle est à l'initiative du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage aux femmes qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles. Antoinette Fouque (site web) n'est pas en accord avec la théorie du deuxième sexe décrit par Simone de Beauvoir. Dans les pages de 3 essais édités entre la fin des années 80 et le début des années 2010, L'écrivaine fait la lumière surce qui est pour elle la féminologie. Naturellement, Antoinette Fouque a prêté sa plume à plusieurs ouvrages collectifs et pris part à de multiples entretiens.

Antoinette Fouque, du MLF à l'AFD

Au début des années 80, Antoinette Fouque s'éloigne du MLF lorsqu'elle s'envole pour les USA. Le MLF, alors sujet de luttes internes, perd de l’influence. A la fin de la décennie soixante-dix, des militantes font le choix d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes sous la forme d’une association loi 1901. Dans l'optique de prévenir toute récupération, le Mouvement de libération des femmes a vu son nom déposé. Le droit des femmes a été le principal combat de la vie d'Antoinette Fouque.

Antoinette Fouque, Roland Barthes et Luce Irigaray

Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un Diplôme d'études approfondies. A cette époque, elle fréquente Monique Wittig, romancière féministe. Le groupe Psychanalyse et Politique, à l’origine du mouvement MLF, a été créé par cette grande militante. Dans les années soixante, la future militante suit les formations de Jacques Lacan. Après des études supérieures en Lettres, Antoinette Fouque a d'abord exercé la profession d'enseignante.

Une militante sur toute la planète

Selon Antoinette Fouque, il y a plus inconnu que le soldat inconnu : son épouse. C'est ce qu'elle clame lors d'une manifestation parisienne du MLF. La militante s'exprime aux Nations Unies mais aussi dans le monde entier pour défendre la cause des femmes. Antoinette Fouque s’engage pour Aung San Suu Kyi face à au régime militaire en Birmanie.

Proposant plus de six cents livres voués à la création des femmes, la société d’édition d’Antoinette Fouque aide de multiples écrivains à sortir de l'anonymat. Les librairies lancées par l'écrivaine sont ouvertes de 11 heures à minuit, ce sont des lieux d’échanges où les revues et journaux sont à la disposition de ceux qui entrent. A force de fréquenter les cercles intellectuels,, Antoinette Fouque se rend compte à quel point les femmes ne tiennent qu'une place mineure dans le domaine de l’édition.